Actualité

Le fonds de la Poéthèque s’enrichit au jour le jour de documents étonnants que le temps rend exceptionnel et précieux.

Deux revues, toutes récentes, servent ici d’appel d’air pour illustrer notre propos. Il s’agit d’« Europe » d’août/septembre 2014 consacrée à Charles Péguy, et de « Littérature » de juin 2014 accueillant Edouard Glissant.

 

EuropeQuinzaineEurope offre un regard inattendu sur Charles Péguy avec des auteurs tout autant surprenants comme Charles Pennequin dans « L’arbre Péguy ». Publié dans le cadre du centenaire de sa disparition, ce numéro vient en résonance avec la collection de près de 200 numéros des « Cahiers de La Quinzaine » de 1900 à 1934, trésor que la Poéthèque a acquis tout récemment, et collection qui a hanté, cachet de l’institution faisant foi, l’une des bibliothèques les plus prestigieuses, s’il en est, à savoir la Bibliothèque de La Sorbonne. Lire dans le document d’origine les textes de Charles Péguy est un rare cadeau, la Poéthèque peut vous l’offrir.

LitteratureMetisL’autre rencontre, inattendue, résulte de la volonté de la Poéthèque de compléter les numéros manquants de « La Lettre du Métis » de Philippe Gicquel. Cette rencontre se télescope avec la revue « Littérature » qui consacre son numéro trimestriel de juin 2014 à « Edouard Glissant, la pensée du détour ». La mise en regard des deux documents donne force insoupçonnée à « La Lettre du Métis » publiée, elle, en 1993, « lettre » qui lui a permis de prendre date dans le monde revuistique. Trois numéros paraissent suivis quelques années après par « Saltimbanques ! » qui tint une petite dizaine d’années. Aujourd’hui Philippe Gicquel s’adonne à la photographie, un autre regard sur le monde à l’écart des mots (maux).

Pour plus d’information se référer au site de la Poéthèque aux rubriques des revues correspondantes.


 

PO

C’est toujours réconfortant de découvrir à nouveau une revue qui, un temps, s’était tue. Bravo donc à l’équipe qui continue son combat pour l’écriture et les arts graphiques.

 « Après une année blanche,  c'est-à-dire sans parution, Point d'orgue, votre revue créole du continent Océan Indien revient. La revue ne fait pas peau neuve, mais fidèle à sa ligne de conduite, elle propose de continuer à approfondir les connaissances sur ce lieu du monde, qui est pluriel. C'est donc une année noire qui s'annonce, non pas «noir» pris dans son sens commun à valeur négative, mais à l'inverse dans un sens plein, positif, comme voulu par ces combattants que furent les poètes de la Négritude. En somme, du noir comme autant d'encre jetée sur une feuille ... Par conséquent, et dans la continuité des précédents numéros, c'est un terme empreint de lutte et de résistance qui s'affiche en couverture : «sobatkoz». De quoi s'agit-il?

Il y a plusieurs manières d'entendre ce mot. La plus évidente à l'ouïe est « se battre pour une cause». Et dans la trajectoire de cette première manière d’entendre : «se battre en causant, en parlant». C'est la contraction de ces deux sens entendus qui donne au terme son sens noir, entendez son sens «plein» : un « sobatkoz »est une discussion, un débat, un échange. »

H002H001Voici les recto et verso des couvertures du
n° 41 de Harfang, revue de littératures, éditée par Nouvelles R (Associations). Encore une numéro riche de nouvelles nouvelles à lire absolument.








 

TB« Je vais vous faire dès à présent la théorie de l’évolution du poète », nous précise Patrice Maltaverne dans son éditorial.

Sans vouloir remonter au plus loin de la théorie darwiniste de l’évolution des écrivaillons, c’est un régal que notre directeur de revue nous offre my blog.

Traction-Barbant à l’orée de son numéro 48 ne faiblit pas même si la « Chimay bleue »vient en temporiser la soif de lecture.








 


RevuesRevues006

La revue Revue Cabaret, dernière petite publication périodique apparue dans le monde revuistique, privilégie l’écriture féminine, sans exclusivité cependant. Ainsi, après Huit Femmes (n°1), Les Belles américaines (n°2), Le gang  des lyonnaises,  sévit-il sous la plume de Samantha Barendson, Anne-Lise Blanchard, Valéry Canat de Chizy, etc.  sous le signe du Verso… est-il précisé, tant par le texte que par l’image, un hommage sans doute à la 150ème livraison de Verso d’Alain Wexler. Revue Cabaret une petite publication au grand charme, accessible pour 2,50€ le numéro, à commander sans modération (adresse sur sommaire des revues dans poéthèque à revues de moins de 500 numéros).
http://www.alaincrozier.com/revue-cabaret


RevuesRevues009
Alliage,
sous-titré : culture, science, technique, est une rare revue qui établit des passerelles  parfois surprenantes entre la littérature, la poésie et la science. « L’imaginaire dans la découverte » c’est le thème du présent  numéro –regards croisés sur les sciences et les arts- est-il également sous-titré- par Sylvie Castellin et Xavier Hautbois.

« D’un côté, la conceptualisation dans la science, de l’autre, la rêverie et la poésie, deux versants supposés contradictoires du psychisme humain ». C’est tout le débat résumé ici qu’Alliage tente au fil des numéros, de développer, non pour affirmer la suprématie du réel sur l’irréel mais pour dire combien l’imaginaire peut apporter de souffles aux dures lois des sciences  exactes.

La livraison s’ouvre sur une série de dessins présentée par Sophie Braganti à travers un double oxymore inattendu : « Les Sages Monstres de Sophie Menuet ».
http://revel.unice.fr/ 
 

CIPM_215

Le cipM fait Salon :
- Le salon international du livre d'Alger (20/29 sept)
- Le salon de la revue à Paris 13/14 octobre

Echanges Tanger-Marseille-Tanger :
- Danielle Mémoire en résidence à Tanger jusqu'en novembre
- Rencontre / lectures avec Danielle Mémoire et Abdallah Zrika, mais aussi avec Emmanuel Hocquard et Pascal Quignard.

Les Editions Tarabustes au cipM avec Djamel Meskache, Nicolas Cendo, Antoine Emaz et Christian Tarting.

"Du Geste Minimum" : Charles Reznikoff / Marc Cholodenko dans le cadre du Festival Les Littorales du 10 au 14 octobre. 

 

RevuesRevues010



Si N4728 n°22, sous-titrée : revue de poésie, a changé de directeur, elle n’en reste pas moins ancrée sur la même latitude : celle de la qualité des textes et leur présentation. Certes, elle a élagué les rabats de la couverture mais offre toujoursun regard ouvert sur la poésie d'aujourd'hui. Adieu et merci à Paul Badin, bon vent à l'équipe sur le pont : Albane Gellé, Antoine Emaz, Yves Jouan et Christian Vogels.






RevuesRevues005
Si Revue Cabaret demeure l’une des plus petites revues poétiques actives (15X10,5), Dézopilant en comparaison, s’étale sur neuf fois sa surface (45X30,5), ce qui correspond à 18 pages de Dézopilant, le zournal de Poézie qui dézopile, et ne comporte dans sa treizième livraison qu’une seule feuille recto-verso (45X30,5), renoue avec une vieille tradition de l’édition sauvage de textes ou poèmes, de slogans ou mots d’humeur, disposés à première vue de façon disparate comme sur un mur d’affichage public. On pensait que l’internet allait balayer ce type de support. Il renaît pour le plus grand plaisir des yeux et de l’esprit, qui à la fois dézopile mais aussi interpelle. Il peut être même sérieux, n’est-il pas soutenu notamment par le Centre de Créations pour l’Enfance de Tinqueux, ce Centre Culturel implanté près de Reims.


 

Article paru dans le journal "Le Dauphiné Libéré" du samedi 22 septembre 2012

 

LaunayUn écrivain à la Poéthèque

Daniel Launay, chercheur, écrivain et grand collectionneur de livres, fait actuellement des recherches à La Cave Littéraire     de Villefontaine.
Les revues de la Poéthèque lui ont apporté beaucoup de réponse. "Le site internet de la Poéthèque de la Cave Littéraire est une véritable mine pour l'information et la documentation, s'exclame Daniel Launay. Je peux facilement retrouver la trace de revues, d'auteurs et leurs écrits. J'ai rempli plusieurs classeurs de documents en quelques clics. La Poéthèque de La Cave Littéraire permet en plus un contact physique avec le papier et des rencontres avec des gens passionnées."

 

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash